Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plus belle avenue du monde se transforme aux couleurs des forêts françaises tout le week-end, soit plus d'un kilomètre tapissé de plantes et d'arbres.

par Les hirondelles 27 Mai 2010, 06:35 I love Paris

05ParisVert2010

 

Diaporama :
Les Champs-Elysées se mettent au vert ce week-end 23,24 mai 2010

 

   Les 23 et 24 mai, la plus belle avenue du monde est fermée à la circulation pour un événement exceptionnel. Pendant deux jours, « Nature Capitale » livre une création spectaculaire et festive qui met en scène plus de 150 espèces végétales sur les Champs-Elysées. Une œuvre jubilatoire qui met en scène la nature façonnée par l'Homme sur trois hectares. Le Grand Palais s'associe à l'événement : les visiteurs pourront traverser la Nef du du nord au sud pour y découvrir "Le théorème du libre arbitre" fait de 1000 m2 de mousse. Toutes les quatre heures, des danseurs sur pointes arroseront ce chemin végétal au son d'un orchestre. De quoi voir la vie en vert !

 

   Trois hectares de nature sur la chaussée des Champs-Elysées

8 000 parcelles végétales de 1,20m par 1m posées en une nuit 150 essences agricoles et forestières issues de l’ensemble du territoire (Dom Tom compris) 150 000 jeunes plants, 11 000 jeunes arbres, 650 grands arbres 1 mosaïque de cultures agricoles, maraichères, potagères 2 aubes et un coucher de soleil au coeur de la ville dans un monde inattendu

 

 

 

   Plus de deux millions de personnes sont attendues ce week-end de Pentecôte et jusqu'à lundi sur les Champs-Elysées, qui se mettent au vert pour présenter la production agricole, l'élevage et la forêt française.

Baptisé "Nature Capitale", l'événement a pour but de tapisser les 1.200 mètres rejoignant la place de l'Etoile au Rond-Point des Champs-Elysées d'une centaine de parcelles de terre. Sur chaque parcelle, un adhérent des Jeunes Agriculteurs (JA) informera le public.

 

Animaux et produits locaux

Veaux, vaches, cochons, chèvres, moutons : les animaux ne sont pas oubliés, même s'ils ne seront qu'en petit nombre. Il s'agit de présenter des spécimens peu connus comme le cul noir limousin, une race porcine ancienne dont le gras est recherché pour accompagner les plats des grands chefs.

Un marché de produits locaux sera aussi proposé aux promeneurs en bas de l'avenue à la hauteur du Grand Palais.

Accès totalement gratuit

La manifestation dont l'accès sera gratuit, se tient alors que le secteur est confronté à une crise profonde et que se discute actuellement une nouvelle loi sur l'agriculture.

Elle a lieu vingt ans après un autre événement qui avait marqué les Parisiens, la "Grande Moisson", également organisé par les Jeunes Agriculteurs. Les Champs-Elysées avaient alors été transformés en une vaste plaine de blé qui fut moissonnée.

Les parisiens pourront repartir avec les plantes

Comme il y a vingt ans, le créateur d'"Art de Rue" Gad Weill a assuré la mise en scène de cette "création poétique" à laquelle participe également la filière bois, France Bois Forêt.

Pour cette édition 2010, Le budget s'élève à 4,2 millions d'euros cofinancés aux deux tiers par des annonceurs et le solde par la société de Gad Weil qui revendra des oeuvres végétales aux parisiens. Ces derniers pourront ensuite les déduire de leurs impôts.

(Cédric Cousseau et AFP)

01ParisVert2010 

Ce samedi est Journée Mondiale de la Biodiversité. L'occasion pour Paris de faire sa "Nature Capitale", un happening bucolique qui investira pendant trois jours les Champs-Elysées. Les explications de l'un des deux co-auteurs, avec Laurence Medioni, de cette opération, le créateur de rue Gad Weil.

 

06ParisVert2010

 

  Gad Weil est "créateur de rue". A ce titre, il a signé quelques événements urbains de ce début de siècle et de la fin du précédent, sur la Grand Muraille de Chine, au Carnaval de Nice, à Rennes ou déjà, dans les années 90, sur les Champs-Elysées.
Lire le portrait de cet "amoureux de la République"

Après La Grande Moisson, en 1990, puis les 100 ans de l'aviation, le Train Capitale et le Nouvel An chinois, vous réinvestissez les Champs-Elysées. Vous avez tout du multirécidiviste...

On peut le dire comme çà. Moi, je me sens davantage - et toujours - défricheur. A l'époque de cet autre grand happening que fut en 2000 "L'incroyable Pique-nique" sur la Méridienne Verte avec sa grande nappe conviviale tirée à travers la France, de Dunkerque, dans le Nord, à Prats de Mollo, dans les Pyrénées-Orientales, l'architecte Paul Chemetov, initiateur de l'opération disait que je jouais au "tisserand de lien social". J'ai adopté sa formule. J'entreprend de la prolonger. Et puis j'aime oser - comme d'autres ont hier osé ici Botero ou les Champs de la culture.

Oser le spectacle-événement par ces temps d'austérité, c'est de la provocation, non?

C'est surtout dans la tradition française des grands rassemblements culturels... De l'Exposition Universelle d'antan à la Nuit de la musique, en passant par Jean-Michel Jarre, les Nuits Blanches ou Jean-Paul Goude et la célébration du Bicentenaire de la Révolution, on y excelle. Avec une qualité scénographique reconnue à travers le monde. Et puis l'austérité n'empêche pas une communion laïque, au contraire.

 

 

02ParisVert2010

 
03ParisVert2010
 
04ParisVert2010


naturecapitale.com

Une projection de l'opération, vue du rond point des Champs-Elysées.

Vous dites de Nature Capitale que c'est un "happening épique". N'est-ce pas aussi un trompe-l'oeil, à l'heure où la biodiversité est à la peine?

Il ne s'agit pas de sacraliser la nature - pas plus par un culte païen que religieux, d'ailleurs. C'est le fils d'un rabbin et un républicain convaincu qui vous le dit! Pour moi, il s'agit d'un geste artistique habité par des valeurs humanistes. C'est ce que signifie la présence des 600 jeunes agriculteurs qui tiennent le premier rôle dans la production du plateau végétal et champêtre que symboliseront les 8000 parcelles d'une mosaïque de cultures agricoles, potagères bien de chez nous. C'est aussi ce dont témoignera, dans l'enceinte du Grand Palais, ce chemin de dentelles végétales que nous avons baptisé "Théorème du libre arbitre" et dans lequel chacun pourra déambuler. A travers cette promenade, inattendue, l'objectif est que naisse un improbable dialogue où chacun puisse dire vers quel monde meilleur il entend diriger ses pas. On l'écrit dans le dossier de presse, mais surtout on le pense! L'essentiel étant que le public soit acteur.

Vous mettez en scène une nature façonnée par l'homme alors même qu'on dit la planète en surchauffe - par sa faute, affirment certains. C'est pour cultiver le paradoxe?

Je comprends la préoccupation "politique". Passionné d'info, je suis au fait des controverses sur les causes du réchauffement climatique, sur les menaces qui planent sur la biodiversité. Mais je ne suis pas là pour dire ma vérité. Ce n'est pas mon champ d'expertise. Je donne à voir. C'est une réflexion en soi! Mais de fait, je n'aime pas trop les dramatisations anxiogènes ou les discours sur la décroissance. Je suis plus sensible à la tendresse et à la poésie d'un Jacques Perrin dans Océans. En réalité, je n'accroche pas vraiment avec ceux qui ont un discours unique et définitif sur les choses. Elles sont généralement plus complexes que ça.

Vous cultivez votre jardin?

490937 nature-capitale

   Le mien, dans le Val-de-Marne, fait 400 mètres carrés. Il y a un cerisier. Faute de temps et de savoir-faire, je ne fais que m'y reposer, mais un jeune jardinier passionné s'en occupe pour nous

Et demain quel territoire allez-vous labourer?

A Paris, ces prochains jours, c'est l'arbre qui est à la fête avec 150 essences agricoles et arboricoles, 650 grands arbres à l'affiche. Je prépare pour l'année prochaine une scénographie adaptée de Nature Capitale à New York, la "Big Apple", et à sa pomme. Istanbul et Sao Paulo sont aussi à l'horizon.

De quel jardin - secret (?) - rêvez-vous?

D'un pique-nique de la Paix entre Tel-Aviv et Ramallah en passant par Jérusalem. Si je le pouvais, j'y ferais démonter le Mur des Lamentations, le Saint-Sépulcre et la Mosquée al-Aqsa pour les réunir dans un bâtiment de verre baptisé "Au nom de l'Humanité"... C'est une utopie. Mais les utopies sont nécessaires.

gadweil.com

 

 article paris2 1235983441

Bonne Nouvelle !

 

Nicolas Sarkozy avait missionné 10 architectes pour imaginer de nouvelles frontières pour Paris

, et ainsi redessiner la vie dans notre capitale. Un exercice des plus réjouissants (inventer du mieux), dont le résultat arrive en même temps que les réflexions plus larges de la commission Balladur sur l’opportunité d’une vaste réorganisation territoriale .

d2d4a88a-3bea-11df-b7cb-62fb9dbf4acc

Parmi les copies rendues, nous décernons trois étoiles à celle de l’architecte Roland Castro.

Il imagine un Grand Paris très vert, avec des grandes institutions déplacées là où se trouve aujourd’hui la banlieue. Visite guidée grâce a cet audio-guide commenté par Roland Castro lui-même. Écoutez et fermez les yeux, vous êtes à Paris en 2029 :

 

1 - Clichy devient aussi sympa que Montmartre :

 

2 - on le met où, le Ministère de la Défense ?

 

3 - un nouveau quartier fait rêver les jeunes :

 

4 - Villiers-le-bel, pôle d’excellence

 

5 - une sortie culturelle au lac de Créteil, ça vous branche ?

 

Enthousiasmant, n’est-ce pas ? Mais ce Grand Paris de Castro sera-t-il celui souhaité par Nicolas Sarkozy, qu’on entend plus parler de tours que de banlieues et de culture ? "Oui", rêve tout haut l’architecte utopiste...

 

09ParisVert2010

 

ParisVert2010 0074

 

ParisVert2010 0206

 

ParisVert2010 0120

 

ParisVert2010 0093

 

ParisVert2010 0146

 

ParisVert2010 0145

 

ParisVert2010 0188

 

ParisVert2010 0214

ParisVert2010 0204

 Photos TSD

 

commentaires

David CABAS 31/05/2010 00:46




Connaissez vous la loi Giscard Pompidou et le Traité de Maastrich ?


 


Alors que les bourses chutent, que l'Euro est à l agonie, que les plans d'austérités se multiplie à travers l'Europe, il serait sage de connaître les vrais raisons de l'augmentation de la dette !


 


Le bon sens commun voudrait que la dette soit du à trop de sociale, trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites. Nos responsables politique se font l'écho
d'un tel message et mettent en œuvre des plans sensés répondre aux problèmes de la dette !


 


Mais tout ceci est une arnaque : L'arnaque de la dette !


 


Jusqu'au 3 janvier 1973, la Banque de France avait le droit d'émettre du crédit à très bas taux d'intérêt afin de financer les besoins de l'état et d'investir dans les projets d'avenir !


 


Mais sous prétexte d'inflation, le gouvernent Giscard Pompidou a cru bon empêcher la Banque de France de faire son travail en transférant de fait le pouvoir aux banques privés. Et oui depuis
cette époque la France s'endette auprès des marchés financiers avec des taux d'intérêts élevés et c'est obligatoire pour tous les pays membres depuis Maastrich et les traités suivants!


 


En claire, ce sont les taux d'intérêts imposés sur la dette qui créer l'augmentation folle des dette publique !


 


L'alternative


 


Un retour au crédit publique productive, redonner le pouvoir au nation de battre monnaie afin de l'investir non dans les bulles spéculatives ou dans les jeux des casinos financiers mais bien dans
l'économie physique au service de la population et du travail humain.


 


Nous devons dire Non au chantage de l'empire de la finance de la City de Londre et de Wall Street à New York


 


Si tu veux rejoindre la bataille pour changer le système économique rejoins moi sur mon groupe : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts


 


David CABAS


david.cabas.over-blog.fr






Haut de page