Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le graffiti (ou le tag) sont un art ?

par Les hirondelles 17 Juin 2010, 22:41 Hommage

38

   Les graffiti existent depuis des époques reculées, dont certains exemples remontent à la Grèce antique ainsi que l'Empire romainHYPERLINK \l "cite_note-0"[1] et peut aller de simple marques de griffures à des peintures de murs élaborées. Dans les temps modernes, la peinture aérosol et les marqueurs sont devenus les outils les plus utilisés. Dans la plupart des pays, dégrader une propriété avec un graffiti sans le consentement de son propriétaire est considéré comme du vandalisme, lequel est punissable par la loi. Parfois, le graffiti est employé pour communiquer un message politique et social. Il existe de nombreux caractères et styles de graffiti ; cette forme d'art évoluant rapidement.

(Tagaugrandpalais

                        Exposition à Grande Palais Paris

  Phénomène omniprésent dans les pays occidentaux tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Russie, le graffiti est un art populaire qui soulage les jeunes de la pression psychologique.

Certain graffiti peuvent être considérés comme une manifestation concrète d'une valeur artistique élevée et de la compétence individuelle, stimulant l'intérêt des admirateurs et des artistes.

Que le graffiti puisse être considéré comme art ou pas est une question méritant analyse.L'art a besoin de passion. À Paris, la plupart des artistes et musiciens grandissent sous l'influence de la culture de rue.

 

33

  Naturellement, certaines émotions individuelles montrées dans les graffiti expriment des problèmes sociaux, mais d'autres sont l'expression directe des sentiments des artistes. Si le graffiti n'est pas radical et extrême, nous devons être tolérants. Il se peut que nous puissions orienter les amateurs de graffiti vers la voie artistique normale en organisant quelques stages ou par des conférences. Le département de planification urbaine peut aussi désigner un lieu pour que les artistes expriment leur ardeur et leur créativité.

Le graffiti exige également des ébauches. Il m'arrive de prendre plusieurs heures pour peindre une lettre. Chaque artiste de graffiti a son logo symbolique.

 

 

TagNewYork

   Graffiti, art et vandalisme!!!

 

   Historique 
    Dans la culture hip hop, le graffiti est une forme d'expression urbaine prégnante, qui puise son inspiration dans la rue. Ce type de graffiti est né à New York à la fin des années 1960, par l'apparition de tags, notamment dans les métros et trains de banlieue. Face à l'importance de ces tags, certains ont développé un style afin de se démarquer, par des lettres pleines notamment.
Le graffiti, en plus de sa dimension de détournement de la publicité urbaine omniprésente, s'est généralisé en une tentative de détournement général du milieu urbain ; des graffeurs new-yorkais ont alors commencé à voyager et à apporter cette pratique en Europe.
11
   Tags et graffitis
   Le graffiti se compose de nombreux courants et techniques (wildstyle, freestyle, 3D, flops, méca, end to end, etc.), qui, sans se mélanger, se recoupent. Certains taggeurs, eux, oppèrent dans un style dit hardcore, qui consiste à laisser sa marque sur les murs des villes sous formes de signatures, ou tags, plus ou moins travaillées de chromes (peinture massive sans détails, généralement bicolore en noir et chrome), de flops ou de throws-up (lettrage exécuté rapidement généralement d'un seul trait, qui doivent leur nom à leur forme très arrondie). Le but est d'impressionner, plus par la difficulté et les risques courus par la pose du graffiti sur un support exposé, que par la qualité visuelle.
   Certains trouvent qu'il est là difficile de parler d'art car ils estiment que la pose de ces graffitis entraîne une dégradation de plus en plus visible de certains bâtiments, lesquels, par cet aspect leur semblent délabrés et entretiennent la laideur des zones périurbaines et des banlieues, source, estiment ils, de mal-être pour quelques uns de ses habitants. Les villes de France consacrent du reste une partie de leur budget municipal au nettoyage des bâtiments « tagués », d'autant plus quand ils sont anciens et historiques ou neufs (voir plus bas). Cette démarche artistique n'est pas encore bien comprise des personnes non averties. Les artistes français les plus talentueux dans cet aspect du Graffiti sont entre autres COLORZ, SIGN, SQUAT, PSY, JONONE, SMAT, KEA, SWEN, MAO, ERY:2, DREO, DION, NASTY, SLICE, O'CLOCK, TRANE, KIRS, DOZER, VISION, REST, SHEED16, CREEZ, AZYLE, KOFY, BABOO, GURU, DIZE, NASCYO, EARL, EKER, SIER, LT27 Crew, GT, MKC, UV, TPK , LGF etc.... Ce mouvement peut aussi prendre une dimension politique dans des pays opprimés, on se souvient notamment du mur de Berlin.
    D'autres graffeurs, cependant, tendent à une démarche réellement artistique, créent des fresques aux couleurs multiples et aux formes compliquées, retraçant sur les murs et les trains une certaine vision du monde qui les entourent (c'est le cas au Forum de Barcelone ; voir plus haut). Parmi les artistes actuellement reconnus sur la scène française du graffiti, on peut citer André, la trumac . Le graffiti possède une variété de style, d'écoles, telles que le style New-Yorkais, Européen ou Allemand, plus axé sur un travail de 3D.

 

  Le graffiti : un art de la rue pratiqué en toute légalité

TagBerlin

   « Les tags sont l'expression d'une certaine violence, d'un vandalisme. Les graffeurs expriment leur art sur un mur » deux notions ainsi définies par Alain Lucas. Un " critique'' d'art ? Non. Il s'agit du directeur de cabinet du maire.

    La ville qui se met aux tags ? Pas tout à fait... La mairie devient en quelque sorte producteur de jeunes graffeurs. « La municipalité a fait beaucoup d'efforts, et une politique d'ouverture à cet art a été menée » se réjouit l'un des créateurs du collectif 2cu crew. « Nous avons mis à disposition 300 m2 de murs pour ne pas réprimer ceux qui voulaient exprimer leur art » explique Alain Lucas.

   « Par tout temps, quand on a envie de peindre, on y va »

lâche Sizer, graffeur et fondateur avec Teas du collectif, né à Cagnes en 2007.

Afin de faire connaître et transmettre cet art urbain au public, souvent confondu avec du vandalisme, le collectif 2cu crew a choisi la voie de la légalité : « Être graffeur c'est un savoir faire et un savoir être, il faut respecter ceux qui désirent voir leur ville rester propre. Mais nous respectons toutes les idéologies. » Avoue Sizer.

 

43
   Les murs mis à dispo par la ville

  Entrés dans un échange de bons procédés avec la mairie cagnoise, les amateurs de graffs et taggs s'affichent désormais publiquement sur les quatre murs offerts par la ville. Une des rares communes en France à avoir pris cette disposition afin d'éviter « que Cagnes ne se transforme en ce genre de choses très désagréables à la vue » selon le directeur du cabinet.

5

   « Dans un esprit de ville propre », un service d'intervention rapide a été mis en place, ainsi dans les 24 heures tout tag est nettoyé et les auteurs pris sur le fait sont condamnés à des travaux d'intérêt général ». Les mesures prises pour lutter contre ces tags sont ainsi équilibrées par les zones d'expression libre, situées à différents endroits de la ville.

   Souvent proches de l'autoroute, sous un pont ou un tunnel souterrain, ces lieux ne sont pas tous facilement visibles. Ils sont au nombre de cinq mais quatre murs sont plus régulièrement utilisés ; le passage souterrain du collège Jules Verne, celui des Micocouliers, de l'autoroute sur l'allée des Saules et des Tilleuls, et enfin un mur du lycée Escoffier. Selon les graffeurs et taggeurs des environs, c'est un pas énorme vers la normalisation de leur art auprès de l'opinion publique.

2

  « La mairie a déjà fait beaucoup, il ne faut pas être trop gourmand. Nous travaillons en plus sur des expositions de graffitis, des projets afin de montrer cet art sous un angle différent » explique Sizer.

(source: maville.com/ Cagne-sur-Mer 17 mai 2010)
23
   La lutte contre les tags
  La présence de tags est jugée par les municipalités et les entreprises comme nuisible à leur attractivité.
La SNCF évalue à 5 millions d'euros annuellement les frais de nettoyage de graffitis sur ses trains. De nombreuses municipalités consacrent une partie de leur budget au nettoyage des graffitis. Enfin, certains graffeurs ont pris l´habitude de graver leurs signatures afin de les rendre indélébiles (sur les vitres des abribus, des cabines téléphoniques, les vitrines des commerçants, etc.)cette forme de tags se nomme le scrathfitti.
L'affaire de la SNCF
69
   Les faits 
  Début 2003, en France, une vaste enquête regroupant des agents de la Police nationale, de la SNCF et de la RATP, a abouti au démantèlement d'un vaste réseau de 150 graffiteurs (ou graffeurs) qui depuis 1999 auraient causé plusieurs dizaines de millions d'euros de dégâts.
   En 1999, la SNCF se dota d'une mission Propreté qui commença par prendre des contacts sérieux avec la Police nationale et se dota de ses propres agents enquêteurs, munis d'appareils photos numériques afin de photographier le maximum de graffitis dans tout l'hexagone.
   À partir de juin 2001 l'organisation de la lutte anti-tagueurs commença à monter en puissance
Le premier procès a eu lieu en 2003 à Versailles. Il n'était plus question d'amendes légères contre les 150 personnes poursuivies : la SNCF et la RATP avaient demandé d'importantes sommes en dommages et intérêts. Pour la seule SNCF, le montant s'élève à 1,3 million d'euros, d'autant plus qu'il s'est avéré que certains des tagueurs avaient des métiers lucratifs dans la publicité ou le graphisme.
(Hard.Wave)

 

 à voir:
  Rencontre Du graffiti à l’art de rue (link)

  Graffiti Wikipédia 
  le-graffiti-en-chine 
 

  Né dans la rue Graffiti | Doit-on craindre ou encourager la muséification du hip-hop ?

  Graffit: Art de rue ou Vandalisme?

                                Les photos Gaffiti

«Serial taggeur» pincé dans les hauts de Lausanne

 

80 tags

| La police a interpellé l'auteur de 80 tags réalisés sur le territoire des communes de Cugy et du Mont-sur-Lausanne entre mai et juillet 2009. Le montant des dommages est estimé à plusieurs milliers de francs.

tag1

© Edouard Curchod/Archives | Ce tag-ci a «fleuri» en octobre dernier à Vevey...
Rédaction online | 08.02.2010 | 14:11

Les investigations menées par les gendarmes du poste du Mont-sur-Lausanne, sous contrat de prestation avec la municipalité précitée et celle de Cugy, ont permis d'identifier et d'interpeller l'auteur de 80 tags réalisés sur 25 bâtiments et biens privés ou publiques: murs, abribus, enseignes publicitaires, vitres, panneaux de signalisation routière, etc.

Il a reconnu les faits, déclarant avoir agi seul. Le préjudice subi par une quinzaine de plaignants s'élève à plusieurs milliers de francs.

L'auteur est suisse, âgé d'une vingtaine d'années et domicilié dans la région du Gros-de-Vaud. Le juge d'instruction de l'arrondissement du Nord vaudois a ouvert une enquête pénale.

 

54 

 

commentaires

DOZER MKC 2013 29/10/2013 11:27

JE SUIS D'ACCORD AVEC CE QUE TU DIS MAIS AUSSI NOUS AVONS PERDU BCP D'AMIS QU'ON OUBLIERA JAMAIS

DOZER MKC 2013 29/10/2013 11:31

et je voudrais aussi dementir mon deces et remercie tous ceux qui m'ont fait preuve d'amitie.DOZER MKC 2013

Haut de page