Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les vertus cachées des méduses

par Les hirondelles 13 Novembre 2010, 23:04 Santé

Les vertus cachées des méduses
 

  Hantise des baigneurs qui redoutent tout contact avec leurs tentacules urticants, les méduses ne sont pourtant pas aussi inutiles et nuisibles qu'on le croit souvent. Selon un récent article publié dans le Quotidien du pharmacien, elles sont même recherchées pour leur collagène, leur propriété fluorescente et leur texture croquante appréciée par certains gastronomes. Ces animaux marins qui prolifèrent à la faveur du réchauffement des eaux et de la surpêche, n'ont pas fini de nous surprendre.

  Le collagène, extrait de l'espèce Rhizostoma, peu urticante et pouvant atteindre les 30 kg, serait très proche du collagène humain. Pour l'obtenir, l'ombrelle de l'animal (sa partie supérieure, bombée, la seule utilisée) est d'abord congelée et broyée. Les fibres de collagène en sont ensuite extraites en y injectant de l'acide acétique. Les industries pharmaceutique et cosmétique se l'arrachent, notamment pour en faire des crèmes antirides, que l'on retrouve dans certains spas de très chics palaces.

En salade...miam miam

La salade de méduse n'en sera que meilleure si vous pouviez rajouter des petits morceaux de poulet fumé. Ou pourquoi pas du saumon fumé ? A essayer...


   Recettes vietnam... C'est une salade très rafraichissante que j'adore et qui supporte très bien d'être ... les lamelles de méduse préalablement rincées et blanchies.

  Toujours selon le même journal, des chercheurs s'intéressent à une protéine sécrétée par la méduse Aequorea victoria, qui la rend fluorescente. Une fois isolée, la GFP (green fluorescent protein) peut être introduite dans des cellules et servir de traceur pour observer, par exemple, la croissance de tumeurs cancéreuses ou l'évolution de bactéries pathogènes. Cette propriété fluorescente a d'ailleurs séduit un artiste brésilien, Eduardo Kac, adepte du "bio art". Avec l'aide de chercheurs de l'Inra, il a ainsi imaginé un "GFP bunny", croisement génétique improbable entre un lapin et une méduse. Résultat : un lapin albinos virant au vert fluo si on l'éclaire à la lumière ultraviolette.

  Enfin, en Chine ou au Japon, la méduse est "un plat recherché qui fait partie de tous les repas de gala", selon le Centre national de la mer, à Boulogne-sur-Mer. L'espèce la plus consommée est la Rhopilema esculenta. Pour les amateurs de curiosité culinaire, on peut en trouver en France dans certains restaurants asiatiques. Elle se déguste en salade, découpée en lanières et marinée dans une sauce sucrée acidulée pour compenser son goût un peu fade. La texture s'apparente à du concombre ou à du poulpe, mélange de croquant et de caoutchouteux...

 Par Anne Jeanblanc

Le Point.fr

  Une recette avec de la méduse ? Cette bête horrible capable de vous gacher des vacances ? Pourquoi pas si ça vous tente. Quelques pays du sud-est asiatique n'hésitent pas à la cuisiner et à apprécier sa consistance un peu gélatineuse. Dépaysement garanti pour vos invités...

  Bon appétit pour cette expérience étonnante et très goûteuse. Ce plat fait le délice de nombreuses familles asiatiques qui le préparent de multiples façons. Stéphan Poulle avait filmé en Thaïlande une recette de méduse. Profitez des petits secrets de la cuisinière.

  Voir:
Méduse en salade, une recette de Stéphan Poulle. - Equipe Thalassa

 

 

 

 

commentaires

Haut de page