Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un cabinet dentaire contre un euro symbolique !

par Les hirondelles 1 Septembre 2010, 17:51 Incroyable-Chuyện lạ...

   

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Robert Panossian est chirurgien-dentiste à Roanne, dans la Loire. Agé de 65 ans, il souhaite prendre sa retraite mais peine à trouver un repreneur pour son cabinet situé en centre-ville. Le praticien a donc décidé de mettre en vente cabinet et matériel pour un euro symbolique. L'offre n'a pas attiré les éventuels

En cause : le numerus clausus et des jeunes praticiens qui boudent l'exercice libéral. C'est finalement une consoeur venue de Roumanie, Georgeta Ciobanu, qui doit reprendre le cabinet dentaire de Robert Panossian. La vente devrait être signée le 10 septembre.

 

LOIRE - SANTÉ

Cède cabinet dentaire pour un euro symbolique

   "J'ai commencé à songer à la retraite à partir de 60 ans, j'en ai 65. J'ai choisi de prendre de plus en plus de congés pour ne pas me retrouver désœuvré, voire dépressif ». Depuis quelques années, le Roannais Robert Panossian a calé ses vacances sur les congés scolaires.

Ce chirurgien-dentiste installé en plein centre-ville de Roanne espérait trouver un repreneur pour sa clientèle. Il cédait celle-ci et tout le matériel du cabinet pour un euro symbolique.

Le matériel n'est certes pas de première jeunesse, mais « il fonctionne » assure le praticien. Il est même très fier d'assurer une démonstration d'un microscope opératoire, un outil « très rare » dans un cabinet.

Son annonce dans les journaux du secteur puis dans la presse spécialisée n'ayant rien donné, il s'est alors tourné vers internet. Là, il a cru obtenir un bon contact avec une consœur roumaine, par le biais d'une agence professionnelle.

Les échanges de mails et même les coups de fil ont laissé entrevoir à ce praticien libéral qu'il avait trouvé enfin un successeur.

Hélas, à l'heure où nous imprimons, la dentiste roumaine a encore reculé sa date d'arrivée et le suspense demeure entier.

Robert Panossian est désolé, surtout pour ses patients. À ceux qu'il rencontre, il explique la situation et donne le choix entre attendre encore quelques jours ou aller voir un confrère.

Hélas, ces derniers se font rares. « J'ai vu mes collègues partir à la retraite, les uns après les autres. Beaucoup ont mis la clé sous la porte, tout simplement ».

    Chaque matin, depuis fin août, Robert Panossian vient faire un tour dans son cabinet. Les machines sont débranchées mais il relève la boîte aux lettres et la boîte mails.

À sa connaissance, Georgeta Ciobanu, la dentiste roumaine avec qui il est en contact, cherche à louer un petit appartement dans la sous-préfecture. Mais il se demande bien pourquoi cette affaire prend autant de temps.

Il craint qu'elle ne choisisse finalement de s'installer en Allemagne, un pays « où les conditions financières sont meil-

leures pour la profession » et où surtout réside déjà sa grande fille.

Robert Panossian veut demeurer philosophe. De toute façon, il n'enfilera plus la blouse et les gants. Il tire des plans sur la comète pour les mois à venir. Déjà, il envisage de voyager vers quelques destinations dont il rêve.

Yvette Granger

ygranger@leprogres.fr

A Roanne, en plein centre-ville, Robert Panossian ne trouve pas de repreneur. Effet conjugué du numérus clausus et des jeunes praticiens qui boudent l'exercice libéral. La Loire se vide peu à peu de ses chirurgiens-dentistes

  Le département du Rhône bien mieux loti que celui de la Loire

Le département de la Loire compte au 1er avril dernier, quatre cent vingt-quatre dentistes.

Soit un ratio moyen de cinquante sept dentistes pour cent mille habitants.

Ils sont 365 libéraux (86 %) et 59 salariés (14 %). On dénombre également douze spécialistes. Le taux de féminisation est de 34 % et l'âge moyen, de quarante neuf ans. A noter encore que 4 % d'entre eux sont âgés de 65 ans ou plus.

Par comparaison, la Haute-Loire compte cent onze praticiens, soit un ratio de 50 pour cent mille habitants.

Toujours en comparaison, le Rhône totalise 1 255 dentistes, soit 74 pour cent mille habitants.

commentaires

Haut de page