Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La révolution tactile...« Nous devenons des démiurges du quotidien »

par Les hirondelles 29 Mai 2010, 07:35 Tin học-Informatique

P_tactile

Effleurez, c’est gagné ! D’un coup de baguette magique, les infos défilent, les photos glissent… On a le monde au bout des doigts. Mais que cache cet irrépressible engouement pour les écrans tactiles ? Les psys nous ont à l’œil.

 

Paru le 15.05.2010 , par Dalila Kerchouche

Paradoxal ! Dans une société du chacun pour soi, toucher devient le nouveau geste du moi. Désormais, on effleure des écrans tactiles pour téléphoner à ses proches, lire ses e-mails ou regarder ses photos. Et demain, une légère pression du doigt suffira également pour allumer sa télé, actionner son lave-vaisselle ou démarrer sa voiture. Avec cette tripotée de « touch » technologies – l’iPhone, bientôt l’iPad d’Apple et les tablettes tactiles concurrentes – nous mettons de plus en plus le doigt sur notre narcissisme. D’où vient cette griserie que l’on ressent à caresser ces objets intelligents ? Pour le psychologue Michael Stora, auteur de Les écrans, ça rend accro… (Hachette Littératures), « la révolution tactile assouvit nos fantasmes de l’enfance ». Voici lesquels.

Tout, tout de suite. Frottez l’écran et les images défilent à une vitesse qui suscite l’émerveillement. Est-ce la baguette de magicien dont on a toujours rêvé ? « Tel Harry Potter, nous transgressons l’espace-temps, affirme le philosophe Michel Lacroix, auteur de Se réaliser (Robert Laffont). Nous effectuons en une seconde des tâches qui étaient chronophages. » Pourquoi ce plaisir d’immédiateté ? « Contrairement à la vision et à l’ouïe, le toucher est un sens dit proximal, qui abolit la distance, parce que la main est l’organe du corps qui a le plus de terminaisons nerveuses, explique le psychiatre Didier Houzel, qui a publié Le Concept de l’enveloppe psychique (InPress). Nous redevenons des enfants qui s’approprient le monde en le touchant. »

 

 

Tout à moi. L’iPhonemania l’avait révélé : ces objets high-tech, qui compilent nos photos, nos playlists, nos films et nos messages intimes, sont les nouveaux accessoires du moi. « Des prolongements de notre corps et de nos émotions », souligne le psychiatre Marc Valleur, auteur de l’essai Les Pathologies de l’excès (JC Lattès). « Ils contiennent l’essentiel de notre mémoire dans leurs giga-octets, explique Olivier Gillet, directeur marketing d’HP France. La relation émotionnelle est forte parce que ce que l’on manipule, ce sont nos souvenirs. » Pourquoi ce désir de garder ses proches toujours avec soi ? « Pour combler des angoisses d’abandon et de séparation », affirme Michael Stora. « Mais attention, prévient Marc Valleur, ces outils de lien peuvent aussi isoler, notamment les adolescents, dans une seule tribu d’amis. »

Tout en un. « Les objets tactiles réintègrent tous les sens dans l’apprentissage », poursuit Marc Valleur. Avec les tablettes et autres e-books, on consulte, dans le creux de sa main, les livres de la BNF, les conférences les plus érudites du Collège de France ou les dernières images spatiales de la NASA. « L’univers défile sous mes doigts, analyse Michel Lacroix. Le tactile donne le sentiment de côtoyer l’infini. »

Toute-puissance. « Chez HP, le tactile est une religion », affirme Olivier Gillet. De là à se prendre pour Dieu, il n’y a qu’un pas. Car tous les psys s’accordent sur ce point : ces tablettes séduisent car elles donnent le sentiment de maîtriser le monde avec la main. « Donner vie à un objet en le touchant du doigt renvoie au sacré, souligne Michel Lacroix. Nous devenons des démiurges du quotidien. »

Madame Figaro

 

  Depuis le début 2007, on assiste avec plaisir à une évolution en profondeur de l’informatique personnelle : l’avènement des écrans tactiles. Avec l’iPhone d’Apple d’abord, puis avec Surface de Microsoft, le public a découvert qu’il est aujourd’hui possible de commander un ordinateur au(x) doigt(s), et d’interagir avec la machine de façon beaucoup plus humaine qu’au travers d’une souris et d’un clavier.

 

Pourtant, les écrans tactiles sont très loin d’être une technologie "nouvelle" ou inédite. Les premiers prototypes ont vu le jour dans les années 1970. Et personne ne s’étonne plus depuis une dizaine d’années d’avoir sur son PC portable un "trackpad", ou de pouvoir commander ses billets de train en touchant l’écran d’une borne automatique. Alors pourquoi l’iPhone et Surface ont-t-ils semblé à ce point révolutionnaires ? Et que peut-on attendre des prochaines années ?

 

 

 

     Depuis la sortie de Surface, la table tactile MultiTouch de Microsoft, nombreux sont ceux (dont moi) qui n’attendent qu’une chose : qu’elle soit proposée à un prix abordable pour que les particuliers (et les entreprises) puissent réellement envisager d’en acheter une. Or, étant toujours aux alentours des 10 000 € aujourd’hui si je ne me trompe pas, c’est plutôt loin d’être le cas…

Bref, qu’à cela ne tienne, merel technologies, une société basée à New York a décidé de se lancer sur le marché du grand publique en proposant une table MultiTouch, la mTouch, à un prix, certes toujours assez élevé, mais défiant toute concurrence.

 

 

 

commentaires

Haut de page